Immigrer à Vancouver.



L’histoire de notre immigration dans l'ouest canadien débute dans un petit village de Haute-Savoie de 1568 habitants, à 15 minutes de la frontière suisse.


Pour tout vous dire, avant de franchir le pas, tout se passait plutôt bien pour nous. Nous avions acheté une jolie petite maison avec jardin et garage pour ma salle de sport privatisée (un véritable luxe pour un coach sportif). Nous étions fraîchement mariés à la mairie de notre village entourés de nos proches, notre famille et nos amis vivaient tous dans un rayon de 20 kms. Nous avions tous deux un travail qui nous plaisait dans le centre ville de Genève et avions l'opportunité de voyager régulièrement aux quatre coins du globe.


Notre Région d'origine

Pourquoi donc quitter cette sublime région, notre confort, cette semi certitude que tout allait toujours bien aller, quitter les gens que nous aimons le plus au monde pour s'envoler vers l'inconnu, un futur incertain, une ville où les loyers frisent la démesure et où l'achat du moindre appartement est quasi inaccessible à la majorité de la population? Pour l'aventure justement, le défi, pour casser de manière radicale la routine, rendre notre vie moins prévisible, y mettre du piment, pour s'accomplir personnellement, se tester et pour ne jamais regretter de ne pas l'avoir tenté.

Cette décision de tout quitter a bien sûr mis du temps à germer et se concrétiser.

Pour ma part lorsque j'ai rencontré ma femme, je revenais d'une année en Nouvelle-Zélande et d'un mois en Nouvelle-Calédonie, je m'étais déjà rendu au Québec à plusieurs reprises et y avait aussi travaillé. Si elle n'avait pas croisé ma route je serai reparti assez rapidement pour la Polynésie de mon cœur.


De son côté, elle avait pas mal voyagé déjà et cela a continué de manière intensive lorsque nous nous sommes unis, l'Indonésie, Hawaii, les Canaries, Tahiti, Floride, New-York...c'était beaucoup plus que je n'aurai pu le rêver, nous étions sincèrement reconnaissant pour chaque opportunité que nous avions de prendre l'avion et étions bien conscients que chacun de ces voyages représentait le voyage de toute une vie pour les personnes de notre entourage.

Après 7 ans dans notre maison nous avons fait le choix d'aller prospecter une semaine sur Vancouver pour nous aider à prendre la décision finale, nous avons tous deux instantanément adoré la ville. Il y a pourtant plu chaque jour à "raincouver" mais nous avons eu notre coup de cœur et avons lancé nos demandes de visas à notre retour.


Notre voyage de prospection


Refusé au départ, car en me plaçant en demandeur principal, malgré le fait que ma sœur soit installée à Montréal, mes allers- retours..nous n'avions pas assez de point.

Le rêve de flâner dans Stanley Park d'ici une année s’effondrait en quelques clics..

N'acceptant pas l'échec et après réflexion nous avons tout simplement inversé le demandeur principal avec ma femme et là, notre dossier entrait directement dans le bassin de demandeurs express, nous obtenions notre sésame moins de 6 mois plus tard et prenions notre envol en novembre 2018.


Pour ce qui est de notre maison, nous l'avions mise en vente à notre retour car visa ou pas nous partions, dans nos têtes et nos cœurs le départ était inévitable, la Polynésie française étant notre autre option dans le cas ou le visa ne nous serai pas accordé, rien à voir me direz vous mais c'est un lieu où je rêve de vivre depuis mes 15 ans et cela finira bien par arriver, mais pas tout de suite...l'aventure à Vancouver ne fait que commencer.


Recent Posts

See All